Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Anzu, l'andouille de service

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Anzu
» Hybride, comme les sirènes... En mieux.
Voir le profil de l'utilisateur 
Messages : 3
Date d'inscription : 17/04/2016
Métier : Chapardeuse
» Hybride, comme les sirènes... En mieux.
MessageSujet: Anzu, l'andouille de service   Ven 13 Mai - 10:20

Anzu
Bonjour, je m’appelle Anzu et j’ai 20 ans. Je suis une hybride.
En résumé
X Orientation sexuelle Hétéroflexible, tant que ça me rapporte quelque chose…
X Métier Vagabonde et pique-assiette
X Hobby favori S'inviter chez les gens, manger et paresser au soleil
X Animal Miaou – Hybride type chat (Sphinx)
Caractère en vrac

Opportuniste - pot-de-colle - curieuse - adore fouiller partout - sans gêne - charmeuse - filou - manipulatrice - joueuse - un peu gauche - indépendante - sociable - voleuse - méfiante - bavarde - menteuse - attachante - affectueuse - généreuse - débrouillarde - joyeuse
Citation favorite

« Voler n’est pas mal… C’est se faire prendre qui l’est ».
Parlons de moi...

X Qu’est-ce qui vous met directement de bonne humeur ?
Un grand soleil, je ne suis pas quelqu’un de bien difficile…

X Qu’est-ce qui vous paraît le plus insupportable ?
Avoir mon passé qui surgit dans mes rêves.

X Comment vous comportez-vous en société ?
D’après mes proies, comme une fichue vagabonde qui n’a reçu aucune éducation. Quelqu’un qui profite des autres sans aucune pitié et qui ne devrait pas exister. Pourtant, il m’arrive souvent d’aider les autres sans même qu’ils ne s’en rendent compte, ou alors ils n’en prennent pas conscience volontairement puisqu’à leurs yeux, je ne suis qu’une aberration de la nature.
X Que pensez-vous de ce monde ?
Je n’en pense pas grand-chose, je suis là et c’est tout ce qui m’importe. Je ne comprends simplement pas pourquoi les gens me considèrent comme une erreur de la nature, mais je suis certaine qu’un jour ce ne sera plus le cas. Ce monde est beau, les gens sont bons, ou peuvent l’être. Tant que la caresse du soleil se fait sentir sur mes joues, tout restera rose.
X Vous avez une manie, un tic ?
J’ai un côté un peu larcin, je me sens obligée de chaparder quelque chose à toute personne qui m’adressera la parole ou bien croisera mon chemin, parfois sans même ne m’en rendre compte.
X Quelle est votre routine classique ?
Passer des heures à flâner au soleil, à courir après des papillons et m’étaler sur le sol à la première racine rencontrée. Autrement, je vis au jour le jour, mais si une routine doit s’installer, je dirai que je me débrouille pour trouver à manger ou cherche à m’incruster chez quelqu’un à longueur de temps.
X Plus d’informations :
Je suis quelqu’un que l’on pourrait qualifier d’imprévisible, voir de taré. J’aime faire des câlins aux gens que je croise, ce qui m’a parfois valu des réactions relativement douloureuses. En plus qu… Ôh ! T’as vu ça ????!!!! Voix off : La folle vient de se barrer en courant après un papillon, se vautre deux ou trois fois pour se relever en riant comme une gamine hystérique… Puis disparaît.
...Mais je suis aussi !...

Pas très grande – Des oreilles de chat sans poil aux emplacements humains – De grands yeux jaunes typés chat – Des cheveux gris – Des dents pointues – Souriante - Toujours vêtue de haillons à l’odeur parfois suspecte – Pleine de griffures et cicatrices à cause de ma maladresse – Pâle comme un… Bref, je ne bronze pas -



Il était une fois...

Prise la main dans le sac…

La gamine, dont le haut du crâne atteignait péniblement une poignée de porte, se débattait violemment. Elle ne voulait pas. L’inconnu lui faisait mal tant sa poigne sur son petit bras maigrelet était puissante. Milena –ou plutôt Anzu-, pestait pour s’en aller, poussait sur ses jambes avec l’espoir de pouvoir fuir, hurlait tant son bras la faisait souffrir. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, il ne fallait pas qu’elle se laisse faire, ou tout était fichu. C’était la première fois qu’elle se faisait attraper et craignait les conséquences.

Malheureusement pour elle, ce n’était pas avec sa force d’enfant de huit ans affamé qu’elle allait pouvoir lutter contre ce maraîcher bien portant. Il la tira soudainement si fort qu’elle fit un vol plané et s’étala au milieu de l’allée du marché. Tremblante, tentant de reprendre ses esprits après que sa tête ait tapé contre un autre stand, elle tenta de se remettre debout. D’un coup, elle se sentit comme un oiseau. L’homme l’avait saisit par ce que l’on pourrait qualifier de « col », ce morceau de tissu sale qui pendait lamentablement entre ses épaules.


J’ouvris les yeux, le palpitant tambourinant dans mes tempes, le corps couvert de sueur. Je détestais ces cauchemars, qui malheureusement ressurgissaient de plus en plus en ce moment. Je repoussais d’une main lasse les draps avec lesquels je venais de mener un combat sans merci, avant de sursauter lorsque l’homme à coté de moi grogna. Assise, je baissais les yeux vers lui pour me rendre compte que je l’avais probablement assommé dans mon sommeil agité. Un inconnu de plus avec lequel j’avais usé de mes charmes malgré ma pauvre apparence. La plupart du temps, les gens m’insultaient, sans ne rien connaître de ma personne, ni même ma dénomination. Ils ne voyaient là que ma nature, et mes oreilles de chat implantées à un endroit inhabituel, comme une humaine. Pourtant, il me suffisait de montrer un bout de peau pour que ces espèces d’animaux affamés de chair fraiche mordent à l’appât. Certes, cela m’amenait à effectuer des choses qui ne me plaisaient guère, mais c’était pour moi l’assurance d’un bon repas et d’un gîte pour la nuit.

Je me levai d’un geste nonchalant pour aller m’habiller. L’aube commençait à poindre, il était temps pour moi de m’en aller. Je pris quelques biens à l’homme convoité la veille, mais pas trop pour que cela ne se remarque pas –je l’avais entraîné à boire, beaucoup trop boire pour son gabarit, me permettant ainsi une certaine marge d’erreurs de sa part-, jetai mon sac contenant toutes mes affaires sur mon dos, puis partis.

A la faible lueur du soleil, la gamine contemplait l’extérieur au travers de barreaux rouillés. Elle connaissait désormais les conséquences de ses actes, se retrouver enfermé, comme lorsqu’elle était à l’orphelinat. Ses parents l’avaient laissé, ou plutôt avaient disparu. Au lieu de sombrer dans la peine, Anzu préférait se dire qu’elle avait été abandonnée pour survivre au jour le jour, la rage lui brûlant les entrailles. Son quotidien était alors de dormir dans une petite ruelle sombre, toujours la même, à l’abri des regards. Si cela peut paraître anodin, il n’en est rien, c’était un point stratégique. D’une part, les hommes de l’orphelinat ne pouvaient pas la retrouver. Ils la cherchaient régulièrement et étaient même parvenu à la ramener plusieurs fois. Malgré les punitions et une surveillance accrue, la gamine arrivait toujours à passer au travers des mailles du filet. D’autre part, elle était à côté du marché quotidien. Tous les jours, elle allait chaparder à manger, se cachant sous les stands en attendant que personne ne fasse attention à sa personne.

Les hommes de l’orphelinat étaient là. Ils allaient la ramener, encore. Et la rengaine était de retour, une fois de plus elle s’enfuirait. Et une fois de plus ils la retrouveraient.


Allongée dans l’herbe, bercée par le glouglou d’une petite rivière, je m’étais encore assoupie. J’en avais assez. Désormais, mes rêves étaient en plusieurs épisodes qui se suivaient, l’air de rien. Agacée, je me relevais d’un mouvement brusque, surestimant ainsi mes capacités physiques. La tête dans le gaz, je perdis l’équilibre. Et plouf. Un bain gratuit, dans une eau glaciale. Par chance, j’avais pied. Je pus ainsi me hisser sur la berge, blasée. Je sortis de l’eau, et mes dents ne se firent pas attendre pour se mettre à claquer. J’avais faim. Et surtout, j’avais froid.

Je ne vivais pas de grand-chose, si ce n’était de la mendicité et du vol. J’étais devenue bien trop grande pour me cacher sous des étales sous les regards amusés des marchands qui parfois me laissaient faire, allant jusqu’à volontairement détourner le regard pour me laisser chiper une pomme ou deux. Désormais, il fallait que je fasse preuve de bien plus de ruse. Je ne dormais plus dans la même ruelle, j’étais parti m’installer dans un petit bois à l’abri des regards, dans un abri de fortune me convenant pourtant tout à fait. Mais ce jour-là, je décidai de ne pas m’y rendre.

Je récupérai mes affaires, avant de me mettre en route trempée vers ma cible fraichement trouvée. Il s’agissait d’une femme, ou d’un homme, je n’avais jamais réellement réussi à saisir ce qu’ils avaient tenté de me faire comprendre. Cette personne ressemblait à une femme, mais n’en était pas une. Et lorsque je tentai des avances, elle me repoussait également. S’il avait s’agit d’un homme, il ne m’aurait pas repoussée maintes fois. Donc il s’agissait forcément d’une femme. Il allait me falloir redoubler d’efforts pour obtenir ses faveurs.

Et toi, qui es-tu ?

X PUF Auré’
X Comment avez-vous connu le forum ? Via Lula
X Personnage sur l’avatar Habaki Tsuki de Ken ga Kimi
X Un dernier petit mot pour l’amour ? Peace !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gô Ebihara
» Tu crois que je suis une humaine banale, c'est ça ?
Voir le profil de l'utilisateur 
Messages : 147
Date d'inscription : 29/03/2016
Kakushin' : Niveau 3.
Métier : Onna-rikishi (femme sumotori).
» Tu crois que je suis une humaine banale, c'est ça ?
MessageSujet: Re: Anzu, l'andouille de service   Ven 13 Mai - 13:50

Ayé, ça fait grave plaisir de te revoir sur un RPG ! Bienvenue sur le forum ! Ta fiche est trop bien ! *w*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/
avatar
Tomoharu Shitagau
» Homme-bête, oui, mais fluffy !
Voir le profil de l'utilisateur 
Messages : 280
Date d'inscription : 15/03/2016
Kakushin' : Niveau 2 (bloqué/exception)
Métier : Shitagau-shi Kôsô
» Homme-bête, oui, mais fluffy !
MessageSujet: Re: Anzu, l'andouille de service   Ven 13 Mai - 18:07

Tout me va également ! Par conséquent...



Tu es validée !

Si tu le souhaites, tu peux poster ta fiche personnage pour garder un historique des RPs et relation de ton perso. Sinon, si tu cherches des compagnons pour lancer un rp, tu peux regarder ou poster dans les demandes jeu.

Enfin, tu as à ta disposition une boîte aux lettres pour que ton personnage puisse correspondre avec ceux des autres joueurs par courrier.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
 
MessageSujet: Re: Anzu, l'andouille de service   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anzu, l'andouille de service
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» Yuki de Anzu Story !
» petit service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kakoyurai l'intemporelle :: 
Dossiers administratifs
 :: Registre citoyen :: Résidents recensés
-